Les sophismes de la désinformation

I. L'inversion de la charge de la preuve

Définition

L'inversion (ou le renversement) de la charge de la preuve est un procédé rhétorique par lequel une personne énonce un fait sans preuves et charge son interlocuteur de prouver le contraire pour l'invalider.

Contexte

Dans le cadre de la désinformation, de nombreux individus avancent des faits erronés sans preuves dont ils ont pourtant la charge. Bien souvent, leur argumentation se base sur la capacité de leurs interlocuteurs à produire les preuves du contraire pour les contredire sur les faits avancés.

Quod gratis asseritur gratis negatur

— Euclide -300 av. J.C

« Ce qui est affirmé sans preuve peut être nié sans preuve »

Le rasoir de Hitchens

En philosophie , un rasoir est un principe ou une règle empirique qui permet d'éliminer (« raser ») les explications improbables d'un phénomène, ou d'éviter des actions inutiles. Le rasoir de Hitchens est un rasoir épistémologique affirmant que la charge de la preuve concernant la véracité d'une affirmation incombe à celui qui fait la demande; si cette charge n'est pas remplie, la demande est alors sans fondement et peut être facilement rejetée.

L'appel à l'ignorance est un sophisme qui consiste à dire qu'un énoncé est vrai parce qu'il n'a pas été prouvé qu'il est faux. Son mécanisme d'argumentation est intimement lié au renversement de la charge de la preuve.

Argumentum ad ignorantiam

Appel à l'ignorance

EXEMPLES

La 5G provoque la COVID car aucune étude ne prouve le contraire

La lithothérapie fonctionne car rien ne prouve le contraire

Les licornes existent car rien ne prouve qu'elles n'existent pas

La physique quantique n'a jamais démontré que les êtres de lumière n'existaient pas, c'est donc qu'ils existent

Les sophismes de la désinformation

Le prochain épisode sera consacré à l'argument d'autorité.