Les sophismes de la désinformation

II. L'argument d'autorité

Le 06.01.2022

L'argument d'autorité est un procédé rhétorique qui consiste à invoquer une autorité en accordant de la valeur à un propos en fonction de son origine plutôt que de son contenu.

Définition

Contexte

Dans le cadre de la désinformation, deux cas de figures sont observés. 1. La personne évoquée fait autorité dans le domaine abordé, mais ses propos sont erronés. 2. La personne évoquée ne fait pas autorité dans le domaine abordé. Dans ces 2 cas, baser une argumentation uniquement sur l'autorité de la personne évoquée relève du sophisme.

Exemple

"Il y a un modèle qui est le virus classique, venant surtout de la chauve-souris, mais auquel on a ajouté par-dessus des séquences du VIH"

Le Pr Luc Montagnier, prix Nobel de médecine en 2008 déclare le 17.04.2020 sur CNEWS :

En janvier, la communauté scientifique Massive Science listait une quinzaine de virus différents présentant la même séquence commune au VIH et au SARS-CoV-2. Parmi ceux-ci : un virus de la patate douce, un virus de la nectarine ou encore un virus de guêpe. Cette liste est d’autant moins significative que la séquence commune est courte. « S’il y avait de réelles insertions de séquences VIH, les fragments auraient été bien plus grands et plus spécifiques, abonde le Dr Burgio. C’est plutôt du registre de la coïncidence. Il y a trop peu de similarité avec la séquence du virus du HIV pour conclure à un échange significatif du matériel génétique »

De nombreuses personnes ont accordé du crédit aux propos du Pr Montagnier du simple fait qu'il soit prix Nobel de médecine pour ses travaux sur le VIH. "Il est prix Nobel ! Il sait de quoi il parle, il a raison" pouvait-on lire. Ou encore : "Le SARS-COV-2 a été créé à partir du VIH, c'est un prix Nobel qui l'a dit !" -> Sophismes d'argument d'autorité

Prix Nobel

EXEMPLE II

Le 23.12.2021, le docteur Toubiana déclare sur CNEWS : 

"Les chiffres rapportent 40 malades en une semaine pour 100 000 habitants en France"

Ce chiffre du réseau Sentinelles, surtout, ne concerne que les patients symptomatiques repérés en médecine générale (nombre de patients positifs passés par les médecins du réseau, extrapolé ensuite au nombre de patients en médecine générale). La même remarque s’applique également au réseau de SOS Médecins. «Nous ne recensons que les cas venus en consultation chez les médecins généralistes, et qui présentent une forme d’infection respiratoire aiguë, confirmés ensuite par un test positif, nous expliquait en mai Thierry Blanchon, vice-président du réseau Sentinelles. Il ne s’agit donc que d’une fraction des cas de Covid-19 en France.»

Bien qui soit épidémiologiste à l'INSERM, Laurent Toubiana est avant tout docteur en astrophysique et ingénieur diplômé de l'école polytechnique.

Son estimation erronée du nombre total de malades de la COVID-19 en France n'a pourtant pas empêcher certains politiques ou sites internet d'affirmer qu'il avait tout de même raison car il était un "grand" épidémiologiste. -> Sophisme d'argument d'autorité

Il paraît toutefois évident de demander l'avis d'un expert dans un domaine pour aider à comprendre, analyser ou résoudre une situation. Avoir l'avis d'un garagiste ou d'un coiffeur (aussi indispensables soient-ils) pour résoudre le problème de la crise sanitaire n'aurait aucun sens. Nous sommes tous plus enclin à écouter un expert/spécialiste, mais des erreurs sont toujours possibles. Dans une argumentation, l'appel à l'autorité d'une personne suppose que cette dernière n'ait pas fait d'erreur. Dans tel cas, l'argument est irrecevable. Enfin, si la personne ou l'organisme invoqué ne fait pas autorité dans son domaine, toute tentative d'argumentation n'est que sophisme. De même qu'avoir plusieurs doctorats ne présage pas d'avoir des compétences dans un domaine précis.

Les sophismes de la désinformation

Le prochain épisode sera consacré à l'argumentum ad nauseam