L’ivermectine est-elle recommandée par les autorités dans le monde pour soigner la Covid-19 ?

Les traitements pour la Covid-19 font couler beaucoup d’encre. Sur les réseaux sociaux on s’empare d’un nouveau médicament, l‘ivermectine.

Promut par l’IHU Méditerranée, le blog conspirationniste France Soir ou même des figures politique comme Nicolas Dupont-Aignan.

Quel est l’état des indications contre la Covid-19 de ce médicament à travers le monde ? Est-elle réellement la panacée annoncée ? Pourquoi seulement les complotistes en font promotion et non les scientifiques ?


- Publicité -

Ivermectine : qu’est-ce que c’est et pourquoi en parle-t-on ?

L’ivermectine est un antiparasitaire utilisé pour traiter des parasitoses comme la gale. Découverte par Satoshi Ōmura en 1974 et confiée au monstre de l’industrie pharmaceutique MSD pour évaluation in-vitro de sa bio-activité.

Ella a pour l’heure prouvé son efficacité contre beaucoup d’espèces de nématodes, acariens et insectes.

S’en suivra le couronnement du prix Nobel de physiologie et de médecine en 2015 pour Satoshi Ōmura concernant l’ivermectine et ses recherches associées.

L’ivermectine a fait son apparition dans la lutte contre le SARS-COV-2 dans le cadre de la recherche de substances actives in-vitro. Réalisée en Australie, l’étude in-vitro a interpellé. Dès lors, des études in-vivo se sont lancées dans le monde afin de vérifier cette efficacité.

L’UNITAID (organisation de santé hébergé par l’OMS) dépêche alors 45 scientifiques et demande une méta-analyse des études sortie sur l’ivermectine. Lors de la sortie en prépublication, c’est Andrew Hill du département de pharmacologie et de thérapie de l’université de Liverpool qui en sera le premier nom et le correspondant.

Les résultats de cette méta-analyse sont très clairs. Il y a un certain nombre d’études positives mais le manque de méthodologie ne peut permettre de conclure à une efficacité significative et demande donc de nouvelles études plus grandes et rigoureuses afin d’affirmer les données déjà disponible.

En l’état actuel de la littérature scientifique, on ne peut recommander l’ivermectine contre la Covid-19 comme l’explique la revue indépendante Prescrire. Du moins, en dehors des essais cliniques.

Ivermectine : réseaux sociaux, complotisme, qui en parle ?

Dès lors que nous parlons d’un potentiel traitement contre la Covid-19, les réseaux sociaux et les médias s’emparent de la moindre information. Ce fut le cas de la très contestée hydroxychloroquine proposé par le très médiatique Didier Raoult.

Pour l’ivermectine, nous revivons la même situation. Beaucoup d’études positives à la méthodologie faible, peu d’études solides et qui ont tendance à parler de non significativité.

Là où la science appelle à la prudence sur l’interprétation des données actuelles, certains appellent à l’utilisation massive.

On y retrouve :

  • France Soir, blog conspirationniste accusé à plusieurs reprises de désinformation sur la pandémie. Ils ont également publié des « opinions » de divers « spécialistes » affirmant que l’élection américaine était une fraude massive. Largement reprise et diffusée par la secte numérique QAnon.
  • L’IHU Méditerranée en a déjà fait référence dans certaines vidéos de sa chaine YouTube. Un autre membre de l’institut marseillais, Professeur Eric Chabrière, en parle régulièrement dans de nombreux tweets.
  • Maitre Carlo Brusa créateur du collectif « Reaction 19 », qui affirme notamment que le masque rend malade les enfants. Il a participé récemment à une manifestation au côté de Alexandra Henrion-Caude.
  • Alexandra Henrion-Caude, généticienne, ancienne directrice de recherche à l’INSERM et désapprouvée par cette dernière. Est souvent citée dans les rubriques de fact-checking, régulièrement épinglé pour ses propos complotistes.
  • Des associations comme BonSens ou Association Victime Covid-19. La première étant gérée par Xavier Azalbert directeur de France Soir et Silvano Trotta conspirationniste notoire. La seconde est représentée par Maitre Di Vizio, avocat de Didier Raoult.

- Publicité -

Ivermectine : Est-elle vraiment recommandée dans le monde ?

Parmi tous les exemples cités ci-dessus des diffuseurs de l’efficacité de l’ivermectine, certains pays reviennent régulièrement. Ils sont utilisés comme « preuve » d’efficacité.

Inde

L’Inde est souvent cité comme exemple d’efficacité pour la lutte contre la Covid-19. L’OMS avait même salué la performance de l’Inde à contrôler l’épidémie dans l’un des plus pauvre bidonville du monde.

En Inde, l’hydroxychloroquine est toujours conseillé par les autorités de santé. Cependant, l’ivermectine n’est pas inclue dans le protocole du ministère de la santé Indien. A noter qu’il reste possible pour les médecins de prescrire ce médicament, n’étant pas contre indiqué. Il est aussi possible en Inde de prescrire l’ivermectine si contre indication de l’hydroxychloroquine il y a.

Il faut également souligner qu’en Inde, le remdesivir est utilisé et autorisé par le ministère de la santé dans le cadre d’essais cliniques encore aujourd’hui. Ils en sont d’ailleurs l’un des plus gros consommateur.

Comme en France, la prescription d’ivermectine est donc possible.

Macédoine du Nord

Contrairement à l’Inde, le ministère de la santé de Macédoine du Nord à contre indiqué l’utilisation de l’hydroxychloroquine. Ils préconisent cependant depuis le 13 janvier 2021 l’utilisation de l’ivermectine, sous ordonnance exclusivement.

Malgré l’indication des organisations de santé internationales qui est d’attendre des résultats cliniques d’études solides, la Macédoine du Nord a décidé de l’intégrer dans leur protocole de soin.

Depuis mi-février, la Macédoine du Nord est confronté à un rebond épidémique.

Dynamique épidémie Covid-19 Macédoine/France par m/h
Tableau comparatif France/Macédoine lissé sur 7 jours des cas et décès par million d’habitants de la Covid-19. Source : CovidTracker.

Mexique

C’est au Mexique qu’un combat se tient entre différent corps d’état. Très représentatif de la défiance au sein même d’un gouvernement.

Le gouvernement mexicain n’a pour l’heure intégré l’ivermectine au protocole officiel du traitement de la Covid-19 sur leur territoire. Sur le site internet officiel du gouvernement, il est toujours stipulé qu’aucun traitement n’est officiellement indiqué.

Mais un bras de fer s’engage entre le secrétariat à la santé du gouvernement (SALUD) et l’unité nationale de coordination médicale depuis décembre.

Le SALUD a publié le 1er mars un communiqué demandant au gouvernement de valider le traitement par ivermectine associé ou non à l’azithromycine. Ils en profitent pour affirmer « l’incompétence imposée par l’unité nationale de coordination médicale ».

Au Mexique, l’ivermectine est disponible en libre service comme par exemple dans des kiosques à journaux. Cependant, la généralisation au niveau du pays de l’utilisation de l’ivermectine n’est pas d’actualité.

Ils se concentrent actuellement sur d’autres traitements, ont passé une autorisation urgente pour le remdesivir de GILEAD et mettent en avant la vaccination.

La situation épidémiologique du Mexique est plutôt bonne actuellement mais ils comptent bientôt 200 000 décès liés au Covid-19. Le Mexique a également fait le choix de n’imposer aucune règle sanitaire comme l’explique « Le Monde » ici.

Décès Covid 19 Mexique
Pic de mortalité par la Covid-19 au Mexique. Source : John Hopkins University.

- Publicité -

Brésil

Si il y a un pays qui vit une situation sanitaire dramatique, c’est bien le Brésil. Son président Jair Bolsonaro fait régulièrement promotion d’un « kit Covid » distribué dans le pays.

Le « kit Covid » est composé de l’hydroxychloroquine, l’azithromycine, l’ivermectine, la nitazoxanide, la vitamine D et du Zinc.

C’est donc un fait établi, au Brésil on vous donne les traitements que même le président considère « au mieux » comme placebo. Et d’autant plus que le gouvernement brésilien refuse toute demande de retrait de ces médicaments. La raison est simple, aucun autre médicament n’étant disponible en même quantité fait qu’ils préfèrent continuer la diffusion.

Tout ça malgré les recommandations scientifiques.

De plus en plus de journaux locaux font appel à la population. Les médecins et scientifiques brésiliens pointent du doigt la responsabilité (corrélation) du « kit Covid » de Jair Bolsonaro comme effet « provoquant une surmortalité ».

Le 24 mars 2021 sur Twitter, le président « Covid sceptique » Jair Bolsonaro indiquait que « l’année 2021 sera l’année de la vaccination au Brésil ». Il a assuré que « 500 millions de doses » seront prévu d’ici la fin de l’année 2021.

Voici la situation actuelle de l’épidémie au Brésil, qui a tristement passé la barre des 3 000 morts « officiel » par jour de la Covid-19.

Situation épidémique au Brésil
Statistique par million d’habitants des cas et décès au Brésil de la Covid-19. Source : CovidTracker.

Et d’autres

République Dominicaine, Costa Rica, Colombie, Salvador, beaucoup de pays d’Amérique Latine sont des consommateurs de l’ivermectine.

Même si les gouvernements refusent pour le moment d’introduire la molécule dans leur protocole officiel, la prescription n’en est pas interdite pour autant.

Cependant, tous se réunissent quasiment sur une chose, l’attente des études scientifiques dignes de ce nom.

Efficacité de l’ivermectine : quand la corrélation se déguise en causalité

L’ivermectine est-elle efficace contre la Covid-19 ? Nous ne pouvons pour l’heure conclure.

Pendant que la défiance s’installe et hurle que l’ivermectine fonctionne, certains spécialistes tendent à dire le contraire.

Seule des études solides pourront nous apporter une réponse définitive comme cela a été le cas pour l’hydroxychloroquine.

Quand on lit par exemple que « la République Dominicaine utilise largement l’ivermectine et que ca fonctionne regardez les courbes ! », ça n’est pas une causalité pour autant.

Il est vrai qu’il est facile d’emprunter un chemin qui puisse répondre à nos questions. Mais il est dommageable de considérer qu’une interprétation personnelle puisse être un gage de vérité absolue.

Nous avons d’autant plus besoin de rigueur et d’informations scientifiques factuelles. Nous ne pouvons balayer la science d’un revers de la main pour y instaurer un discours populiste médical.

L’expérience Didier Raoult nous a appris qu’un CV quoi que important ne donne pas forcément raison.


- Publicité -

Peut-on parler de complot ?

Nous le voyons bien dans cet article, le monde entier est dans l’attente d’une réponse concernant ce traitement.

On peut donc en conclure que le complot national n’y a pas sa place. C’est d’ailleurs l’influence internationale qui pousse certaines et certains à construire de nouvelles lignes pour en exemple la théorie du Great Reset.

Avant d’affirmer que complot il y a, il est important de calculer le nombre de personnes corrompues et payées pour mentir sur ce traitement. Après tout, il s’agit la de l’ensemble de la communauté médicale qui conseille l’attente de résultats solides.

Vu le nombre de personnes qui devraient être sollicitées et en plus avec la rapidité de diffusion des informations sur Internet, nous serions déjà au courant non ?

Vouloir répondre à cette question ne peut qu’élargir les théories, les rendant plus noir et plus sombre, totalement incohérentes avec la réalité.

Conclusion ?

En premier temps, c’est plutôt une bonne nouvelle de découvrir que la plupart des gouvernements préfèrent écouter les scientifiques que l’élan populiste médical.

Il y a bien quelques pays qui conseillent officiellement l’ivermectine mais tout en proposant également l’Artemisia ou d’autres approches alternatives non reconnues par la science.

Il faudra attendre les données des laboratoires pharmaceutiques ainsi que des agences de santé pour voir la proportion d’utilisation du médicament controversé.

Alors oui, l’ivermectine est utilisé dans le monde, mais pas introduit dans les protocoles pour autant.

Il ne faut pas oublier qu’en France, l’ordonnance hors AMM de l’ivermectine n’est pas interdite. Cela n’engage que la responsabilité du médecin et se doit d’informer le patient.

La littérature scientifique n’étant pas claire et limpide sur l’utilisation de cette molécule, il n’y a donc aucune raison de faire promotion d’une éventuelle efficacité.

Cette pandémie et la maladie qui l’accompagne pousse le lambda à chercher des informations sur les traitements. C’est malheureusement sur les réseaux sociaux et autres médias alternatifs qu’on retrouve aujourd’hui le plus de fausses informations.

Il faut à tout prix discerner le faux du vrai et pour ça, il suffit de ne pas se prononcer et de dire « c’est encourageant, attendons des résultats » ou « ça a peu de chance de fonctionner cependant attendons les données pour le confirmer ».

Donc oui, l’ivermectine est prescrite à travers le monde mais non recommandée par les autorités sanitaires (sauf quelques exceptions). Nous ne savons pas si elle est réellement efficace et seulement des études solides le confirmeront.

Ne pas la conseiller n’est pas un complot mais une réalité scientifique, Primum non nocere.


- Publicité -

PaiPLe
PaiPLe
Co-Fondateur de Fact & Furious

Articles connexes

2 Commentaires

  1. Mauvaise foi et manipulation… c’est TERRIBLE !!!

    Introduire la campagne de Dupont-Aignan dans une discussion sur l’Ivermectine est un chiffon rouge: « HOOUUU regardez NDP en parle DONC c’est forcément n’importe quoi!  »
    Oui NDP dit souvent n’importe quoi, alors n’en parlez pas.

    FranceSoir serait un blog conspirationniste…
    Mais bien sûr!!!
    FS est un tribune ouverte. On y trouve absolument de tout, ce que je regrette, mais dans le lot un certain nombre d’articles documentés et argumentés, signés par des professionnels.
    On y trouve aussi des interview de NDP et autres farfelus, malheureusement.
    On y trouve même des tribunes CONTRE le documentaire « conspirationiste » Hold-Up
    Mais en tout cas votre amalgame est MENSONGER.

    Le Brésil !!!
    Vu son président, votre a priori tombe, sans appel: ce pays FAIT TOUT MAL !
    Derniers chiffres du covid, au 11/4/21 , en morts par million d’habitants
    Allemagne 939
    Suède 1342
    France 1508
    Brésil 1644
    USA 1731
    UK 1864

    Où est l’ « APOCALYPSE » brésilienne?

    • Bonjour,

      Merci de votre retour.

      Nicolas Dupont-Aignan comme Asselineau ou Philippot sont des hommes politiques qui se présentent en 2022. Le fait qu’ils utilisent les traitements et leur théories comme argument pour leur campagne se doit d’être mis en avant, 2022 approchant à grand pas. Il ne s’agit donc de manipuler mais d’informer que certains se servent de cette tendance pour gagner en visibilité.

      France Soir à comme beaucoup de sites d’informations une partie tribune. Cependant, le caractère complotiste de leurs articles réalisé par le Collectif Citoyen sont en parti rédigés avec le directeur de la publication Xavier Azalbert par le biais du groupe CIA et confirmé par ses membres comme Bio Moon sur Twitter. Hormis le scandale du Lancet que France Soir a couvert, ils n’ont fait que relayer la parole de certains spécialistes à caractère complotiste comme Mr et Mme Delepine, Christian Perronne et j’en passe. En finalité, les propos tenus par ces personnalités controversées ne sont que des brides de théories du complots qui pullulent sur le web et c’est vérifiable très rapidement. Ensuite, Xavier Azalbert a participé au documentaire fiction complotiste « Hold-Up » et si il existe des tribunes contre Hold-Up chez France Soir, en aucun cas il s’agit du contenu mis en avant par France Soir.
      Peut-être serait-il judicieux de leur demander de mettre ce type de contenu contradictoire avec leur ligne éditorial en avant pour plus de transparence ? Cela n’est pas le cas actuellement à ma connaissance.

      Ensuite, pour les décès par million d’habitants amenés en comparaison n’est en aucun cas représentatif de la réalité. Chaque pays à des mesures, une démographie, une politique, par exemple la densité de population au km2 au Brésil est de 25 h/Km2 alors que la France en est à 105 h/km2. Pourquoi ne pas le prendre en compte ? Pourquoi ne pas prendre en compte la surcharge hospitalière au Brésil et la problématique du suivit des patients et des décès ? Comment pouvez vous expliquer qu’un pays comme le Mexique est rajouté 120 000 décès à leur compteur ? Seul le temps donnera des réponses, en attendant le Brésil souffre péniblement et est aujourd’hui le pays qui a le plus de variants circulant sur leur territoire. La situation au Brésil est critique comme l’explique les médias brésiliens disponible en source dans l’article. La France n’est pas au centre de tout et nous n’avons pas toutes les informations du monde, loin de là.

      Je comprends votre commentaire, nous sommes d’accord sur plusieurs point mais il faut rester réaliste. France Soir et leurs spécialistes largement décriés dans le monde scientifique, Le Brésil avec un Bolsonaro et une épidémie complètement hors de contrôle, les interprétations « à la va vite » pour des comparaisons qui nous amènent à nous donner raison, personne aujourd’hui n’a le pouvoir de prédire l’avenir et les constats se feront.

      Bonne journée et merci d’interagir avec nous.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Retrouvez-nous sur les RS

233FansJ'aime
10FollowersSuivre
1,185FollowersSuivre
961AbonnésS'abonner

Tags populaires

Derniers Articles

Articles aléatoires