Didier Raoult : Professeur incontournable des conspirationnistes ?

- Publicité -

Didier RAOULT est un spécialiste français des maladies infectieuses, professeur de microbiologie à la faculté des sciences médicales et paramédicales de Marseille et à l’institut hospitalo-universitaire Méditerranée Infection (IHU Méditerranée).

Professeur Marseillais connu de la scène grand public internationale pour sa promotion dès le début de la pandémie de SARS-COV-2 d’un protocole prétendant soigner la Covid-19.

Seul contre tous ?

Même si il a pu créer un réel espoir au début de la pandémie de Covid-19 qui sévit encore aujourd’hui (et qui a coûté la vie de plus de 2.3 millions de personnes dans le monde), le consensus scientifique a tranché sur l’efficacité du fameux « Protocole Raoult ».

L’efficacité clinique de l’hydroxychloroquine sur la Covid-19 n’est pas significative, associée à l’azythromicine, le traitement entraîne une hausse de mortalité de l’ordre de 10%.

La première méta-analyse, publiée dans le prestigieux journal CMI le 26 aout 2020 (Fiolet et al) a été reconnue et acclamée par la critique scientifique.

Cela fait maintenant un an que Didier Raoult ainsi que Philippe Parola, Mathieu Million et Eric Chabrière, tous collaborateurs, font promotion du protocole.

Pour la plupart des hautes autorités de santé à travers le monde, la molécule hydroxychloroquine n’a aucun impact sur la Covid-19 et n’est pas recommandée.

Mappemonde des recommandations de l'hydroxychloroquine. Date source 29/09/2020.
Mappemonde des recommandations de l’hydroxychloroquine par Docteur Nathan PEIFFER-SMADJA et @Fabrice50687716. Date source 29/09/2020.

Malgré quelques bons choix comme sa décision de tester pendant la première vague de Covid-19, Didier Raoult est venu s’entacher de plusieurs controverses.

Mécontentement du monde scientifique

Beaucoup de choses sont reprochées à Didier Raoult, que cela vienne de la communauté scientifique, des citoyens ou même du monde politique.

  • le faible niveau de preuve de ses études utilisé pour affirmer l’efficacité de son protocole,
  • la manipulation des données allant même jusqu’à l’accusation de fraude par certains de ses pairs,
  • la politisation par ses soutiens politiques de la recherche clinique rendant alors le discours scientifique « populiste ».
  • sa communication en pleine pandémie via les réseaux sociaux alors que le monde faisait face à l’inconnu en affirmant « soigner »,
  • son utilisation fallacieuse, purement stratégique de la réputation de l’industrie pharmaceutique.

C’est cette dernière qui marquera un total retournement dans sa communication et qui lui permettra de survivre médiatiquement. C’est grâce à une communauté bien spécifique, bruyante, révoltée et ultra-présente sur les réseaux sociaux : les complotistes.

Autant d’éléments qui viennent briser la frontière entre le factuel de la science et l’opinion du média politique.

Le trou vient être comblé là où la défiance totale d’une bonne partie des Français est plus que profondément creusée.

Les affirmations non fondées du Professeur Raoult sont amenées sur le devant de la scène, rabâchées sans relâche dans les médias et sur les réseaux sociaux. Un mouvement « populiste scientifique » est alors né.

Une stratégie de communication séductrice pour les conspirationnistes ?

Nous le savons, les réseaux sociaux sont l’arme marketing ultime.

Ces terrains sont propices à toutes formes d’opinions, permettant au moins qualifié de s’exprimer sous pseudonymat et d’avoir autant de portée qu’une personne reconnue s’exprimant sur son domaine respectif.

Cela ne veut pas dire que les personnes qualifiées sur leur CV disent toujours des vérités. L’erreur étant humaine, Didier Raoult ne fait pas exception.

Pour sa communication, le Professeur a fait le choix de s’en remettre aux mains de Yanis Roussel. Ancien stagiaire de l’IHU de Marseille en 2016 devenu Chargé de Missions Projets, Contrats et Financements de ce même IHU. Il est l’un de ses plus proches collaborateurs.

Twitter et YouTube sont choisis comme principaux leviers de communication.

Créé en mars 2020, le compte Twitter de Didier Raoult totalise aujourd’hui 789k abonnés. Le compte YouTube de l’IHU Méditerranée affiche 359k abonnés alors que sa création date de février 2011. Le premier Tweet de Didier Raoult est une promotion d’une des vidéos sous intitulée « Nous avons le droit d’être intelligent ! ».

Dans cette vidéo, la première question se base sur la relation de l’IHU avec les autorités sanitaires. La réponse est plutôt claire mais il en profite pour indiquer son désaccord avec le conseil scientifique, tout en étant en étroite collaboration avec le gouvernement.

… je reste en contact avec eux (Gouvernement) directement parce que le conseil (SCIENTIFIQUE) ne correspond pas à ce que je pense être un devoir de conseil stratégique… Didier Raoult

Vidéo YouTube IHU Méditerranée « Coronavirus : Remerciements, Toxicité des Traitements, Mortalité ». 24/03/2020.

Didier Raoult explique ensuite pourquoi l’hydroxychloroquine n’est pas « toxique » en se basant sur le nombre de cachets ingérés à travers le monde. Que dans son institut les morts sont des personnes âgées et qu’il faut les soigner avant l’aggravation de la maladie avec son protocole.

Un rebelle qui inspire confiance

N’importe quelle personne non scientifique qui a eu accès en mars à cette vidéo ne peut que tout remettre en question. « Pourquoi ? », « C’est vrai ? », « On nous ment ? » sont des questions plus que légitimes face à de tels arguments.

Il instaure auprès de ses viewers depuis le début de l’épidémie une certaine indépendance. Une image de rebelle qui lui colle à la peau. Celle du « Professeur à la réputation scientifique mondiale qui sait comment soigner la Covid-19, qu’on écoute que trop peu, voire qu’on veut fait taire à tout prix ».

Avoir une telle notoriété scientifique alliée à un discours simple et accessible face à un confinement dur et éprouvant ne peut qu’être impactant. Pour chaque français à l’affut de la moindre information sur les réseaux sociaux il devient alors une aubaine pour les conspirationnistes de YouTube et autres plateformes.

La sphère complotiste s’empare rapidement du sujet Didier Raoult. Silvano Trotta y fait référence pour la première fois dans sa vidéo YouTube « Bonnes Nouvelles ! » le 18 mars 2020.

Voici une citation du vidéaste complotiste sur la compréhension du discours de Didier Raoult au début de cette pandémie :

… les batons dans les roues qu’il a eu (Didier Raoult) par d’autres pretendant savoir, alors qu’ils ne savaient rien et finalement pour arriver a la victoire …

Vidéo YouTube Silvano Trotta « Bonnes Nouvelles ». 18/03/2020.

La bulle de filtres des « pro-Raoult »

L’engouement qu’a suscité Didier Raoult ne se limite pas à ses apparitions médiatiques. Sur les réseaux sociaux, s’exprimer sur le Professeur attire des réactions binaires de toutes parts.

Soit vous êtes pour, soit vous êtes contre. Si vous avez le malheur d’être en contradiction avec l’IHU Méditerranée, par exemple sur Twitter, il suffira de quelques minutes pour vous faire envahir de commentaires nauséabonds.

Car oui, Didier Raoult est partisan d’une théorie du complot dans laquelle il se place en victime. Le laboratoire GILEAD et quelques membres du gouvernement aurait conspiré pour placer un traitement dangereux, inefficace et hors de prix. Lui a son traitement basé sur une ancienne molécule au prix dérisoire, ce qui gêne surement les laboratoires d’après ses adeptes.

GILEAD est l’un des arguments favori des « pro-Raoult » et des conspirationnistes, ex-aequo avec le vrai scandale scientifique de l’article frauduleux publié puis rétracté rapidement dans le journal The Lancet.

Mais cette théorie, encore utilisée aujourd’hui par Didier Raoult n’est en rien factuelle.

Peut-on considérer le « LancetGate » et les décisions politico-sanitaires qui lui ont succédé soient en lien avec la tentative de GILEAD de placer leur traitement ? Non, il n’y a pas de lien factuel établi.

Les seuls liens entre les deux sont des scandales sanitaires. D’un côté le Lobbying de GILEAD, de l’autre la prescription de l’hydroxychloroquine basée sur des études de mauvaise qualité. Toujours prescrit de nos jours par l’IHU Méditerranée.

L’analyse qui confirme la bulle de filtres

Peut-on avoir un réel aperçu de l’environnement du compte Twitter de Didier Raoult ? Oui, et ceci grâce à l’application développée par Stéphane CAPO.

Voici les éléments de décryptage pour plus de clarté et de compréhension. L’application sélectionne 1000 personnes uniques choisies aléatoirement que l’on va appeler « liker ». L’application les sélectionne sur leurs likes dans les 100 derniers tweets du compte de Didier Raoult.

% des likers du compte Twitter de Didier Raoult
Analyse en pourcentage des « Likers » du compte Twitter de Didier Raoult. Image réalisée par Stéphane CAPO. @StephaneCapo. 02/02/2021.

Voici comment interpréter les pourcentages. Explications par Stéphane CAPO :  » Sur 1000 « likers » uniques ayant liké au moins un tweet de Didier Raoult dans leurs 200 derniers likes, 43% ont liké au moins un tweet de Silvano Trotta dans leurs 200 derniers likes, …« .

On voit donc la sphère dans laquelle végète le compte de Didier Raoult. On y retrouve un de ses collaborateurs de l’IHU marseillais, Eric Chabrière avec 32%. Il a fait promotion du documentaire complotiste « Hold-Up » en faveur de l’hydroxychloroquine. Il utilise aussi le statut du Docteur PEIFFER-SMADJA connu pour sa vulgarisation scientifique pour enrichir les théories complotistes autour de GILEAD.

Capture d'écran Twitter Eric Chabrière
Le tweet de gauche concernant Hold-Up et celui de droite enrichi la théorie complotiste de GILEAD et du Remdesivir.

On y retrouve également des figures politiques controversées comme Florian Philippot, François Asselineau, Martine Wonner. Tous ont la réputation de relayer des Fake-News autour de la Covid-19.

Plus récemment Martine Wonner s’est faite reprendre par le Ministre de la santé Olivier Veran à l’Assemblée Nationale. Un trop plein de ses prises de positions charlatanesques répétées devant les élus.

Le prix de la lutte contre la désinformation médicale

L’un des plus puissants arguments de Didier Raoult auprès des ses missionnaires est le conflit d’intérêt avec les laboratoires pharmaceutiques.

Le lobbying des laboratoires pharmaceutiques est un fait. L’industrie misant énormément d’argent sur la recherche et le développement, inévitablement elle cherche à avoir retour sur investissement.

Une réalité plus que connue et Transparence Santé a d’ailleurs été créée pour cette raison.

Mais alors, peut-on réellement parler de conflits d’intérêts ? La Professeure Karine Lacombe émet la possibilité de l’efficacité du Remdesivir sachant qu’elle a touché sur 7 ans 28 000 euros du laboratoire GILEAD soit 333 euros par mois.

Il s’agit là d’un montant tout à fait normal que l’on retrouve chez beaucoup de chercheurs. Au cours d’une carrière scientifique, travailler avec l’industrie pharmaceutique n’a rien d’exceptionnel. Cependant, il est légitime de se poser la question, surtout quand il s’agit de la santé.

C’est encore une fois une histoire qui interpelle les biais cognitifs déjà extrêmement sollicités par cette crise. Le tout au détriment de la logique et des faits pourtant vérifiables simplement et rapidement.

Conflits d’intérêt ou théorie du complot ?

Discerner la théorie de la réalité n’est pas chose aisée, nous ne sommes pas tous spécialistes, loin de là.

Mais il suffit pourtant de regarder la situation aussi simplement qu’elle est exposée par les conspirationnistes.

Selon la logique complotiste, il n’y pas de demi-mesure. Si vous êtes scientifique et que vous avez déjà travaillé pour un laboratoire pharmaceutique, vous êtes obligatoirement corrompu. Votre parole sera alors remise en doute sans même que vous ne soyez écouté sur le sujet concerné, spécialiste ou non.

Vous êtes ainsi immédiatement catalogué comme étant un « VRP » de Big Pharma.

Beaucoup de ces scientifiques catalogués ont reçu des menaces extrêmes depuis le début de cette crise. Cela a été pour certains jusqu’à recevoir des appels téléphoniques en pleine nuit et des courriers « explicites » à leur domicile personnel.

Pour la Professeure Karine Lacombe, il lui a juste suffi de prendre position sur l’inefficacité de l’hydroxychloroquine.

Pourtant, ils n’ont fait qu’apporter une vulgarisation essentielle à celles et ceux qui voulaient comprendre les enjeux de la pandémie.

Vulgariser la science sur les vaccins, même combat ?

Une autre victime de cette prise de position, le docteur Nathan PEIFFER-SMADJA a subi une vague incessante d’insultes et de menaces.

Il n’est bien malheureusement pas le seul. Même quand le sujet n’est pas l’IHU de Marseille mais la vaccination par exemple, on voit ressurgir l’hydroxychloroquine associée au mouvement antivaccins.

Il est d’ailleurs intéressant de voir que les antivaccins s’accaparent l’hydroxychloroquine pour contrer la campagne vaccinale. Didier Raoult ne s’exprime que très peu sur le sujet, étant lui-même favorable à la vaccination.

Il n’aura réagi que tardivement. Non dans l’explication mais juste dans la prise de position qu’il a effectué dans son interview pour France-Soir, blog conspirationniste.

Personnellement je ne compte plus le nombre de fois où on m’a accusé d’être payé par « Big Pharma ». Ou même d’être « responsable de l’atteinte à nos libertés et responsable de la mort de tout ceux qui ont péri pendant les confinements« .

Didier Raoult est-il conspirationniste ?

Non, Didier Raoult n’est pas un conspirationniste, pas dans sa définition pure et dure en tout cas. C’est un Professeur réputé qui pensait avoir trouvé le remède parfait pour soigner les patients atteints de cette maladie inconnue en début d’année 2020.

Peut-on reprocher à Didier Raoult d’avoir tenté de soigner les malades ? Non. Peut-on reprocher à Didier Raoult d’avoir affirmé posséder le traitement en se basant sur des études d’un faible niveau de preuve ? Oui.

Cette nuance est importante car c’est elle qui est mise en cause avant tout. L’argument de son avocat Me Di Vizio se calque sur la première question. Cependant, quoi qu’on puisse lui reprocher il a apporté des propositions, qu’elles soient bonnes ou mauvaises.

C’est le temps qui donne tort à Didier Raoult. Son seul soutien encore présent n’est qu’une communauté qui, de jour en jour se radicalise de plus en plus.

Nous sommes encore loin d’être sortis de cette crise éprouvante. Nous n’avons donc pas fini d’entendre parler du Professeur Marseillais qui, lui, garde le cap quoi qu’il en coûte.

Google News
PaiPLe
Co-Fondateur de Fact & Furious

Retrouvez nous sur les Réseaux Sociaux

390FansJ'aime
45FollowersSuivre
2,708FollowersSuivre
1,070AbonnésS'abonner

Articles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici