France Soir, Azalbert : quand la liberté d’expression devient un outil de désinformation

Depuis le début de la pandémie, « France Soir » fait son bonhomme de chemin sereinement.

Malgré la désinformation ouvertement complotiste et manipulatoire de leurs articles « tribunes » ou « collectif citoyen » sur la pandémie, la CPPAP a accepté leur renouvellement en tant que média d' »information politique et générale ».

Mais « France Soir », c’est toute une organisation. Association à but lucratif, parole aux médecins controversés, lien avec des conspirationnistes notoires, rien n’arrête la machinerie de Xavier Azalbert directeur de la publication.

Retour sur une usine manipulatrice, qui use de la liberté d’expression comme excuse à leur désinformation par le biais d’un journal au titre historique.


- Publicité -

Construire sa réputation

Pour entamer son épopée complotiste le « France Soir » version Xavier Azalbert va s’emparer d’un sujet, l’hydroxychloroquine. C’est d’ailleurs grâce à ce sujet que Xavier Azalbert va se bâtir une solide réputation chez les complotistes.

Fin mars 2020 soit à peine 15 jours après le début du premier confinement, le sujet apparait. On y trouve deux articles. Le premier le 26 mars écrit par « France Soir » traitant de la prescription et le deuxième le 28 mars écrit par l’AFP.

Ce deuxième est tout simplement une critique sur la première étude en provenance de l’IHU de Marseille.

Jusqu’ici pas de sensationnalisme, pas d’élucubration. Mais cela ne durera pas et leur notoriété va être gonflé par le fameux scandale « The Lancet », étude rétractée 15 jours après publication.

Construire sa réputation : un article honnête sur « Surgisphere » mais…

Nous sommes le 29 mai 2020, France Soir sort un article sur l’étude publiée dans « The Lancet » sur l’hydroxychloroquine.

Outre l’aspect factuel de l’article qui n’est possible de renier, c’est la modification qui s’en suivra qui a le mérite d’infliger à « France Soir » un caractère manipulatoire avéré. Oui, Xavier Azalbert a surement l’intention de se classer numéro 1 sur cette affaire qui a fait couler beaucoup d’encre dans les médias.

Voici la chronologie des prémices de l’affaire « The Lancet ».


- Publicité -

Une ressemblance frappante et…

On trouve un article publié le 29 mai quasiment semblable écrit par James Todaro, médecin américain reconverti dans la crypto-monnaie.

Ils partagent même sans se citer mutuellement un paragraphe sur le Docteur Sapan Desai.

Ce même médecin qui a fait réagir Twitter pour ses positions sur l’hydroxychloroquine. James Todaro est proche du Docteure Simone Gold et de Stella Immanuel. Cette dernière pense entre autres que les maladies gynécologiques sont dues au « sperme du démon » ou qu’il y a de l’ADN extraterrestre dans certains vaccins.

Simone Gold du collectif « America’s Frontline Doctor’s » invitée par Xavier Azalbert pour une interview chez « France Soir ».

Ils font tous trois partie de la « America’s Frontline Doctor’s ». Groupuscule accusé régulièrement de « désinformation sur la Covid-19 », anti-vaccins et « pro-traitements qu’on nous cache parce que ».

Ils ont d’ailleurs eu le droit à une traduction d’une de leur conférence désinformatrice SCOTUS sur la Covid-19 chez « France Soir ». Cette conférence a été démystifiée par plusieurs organes de presses.

Xavier Azalbert reste vague pour entretenir la communauté qu’il a eu « autant de mal à séduire ». L’article n’a eu aucune correction à part un message « d’avertissement » tendancieux.

un antidatage de publication fallacieux

Il y a une zone d’ombre sur laquelle Xavier Azalbert n’a jamais apporté sa lumière.

La WayBackMachine est un outil qui permet de capturer une page internet. Ainsi il vous sera possible de la consulter sous plusieurs formes, de la plus récente à la plus ancienne.

Que voyons nous en cliquant sur l’article « LancetGate : Surgisphere la société qui a fourni les données à l’étude est-elle sérieuse » sur le site de « France-Soir » ?

Cette date n’est pas la vraie, elle a été modifiée, passant du 29 au 26 mai 2020.

Pour quelle raison ? Peut-être pour se faire passer pour les premiers sur l’info ? On ne sait pas, malgré les relances d’un utilisateur de Twitter en juin 2020.

Certains spécialistes qui réfutaient les arguments de Didier Raoult sur l’hydroxychloroquine ont aussi été parmi les premiers à critiquer l’étude et ses données.

Cependant, il faut reconnaître que beaucoup n’ont pas été aussi critiques. D’ailleurs le problème de cette étude n’est en aucun cas sa méthodologie, quoi que faible sur l’échelle des preuves en médecine, mais bien la provenance des données.

La suite nous la connaissons. Que ce soit Karine Lacombe, Nathan Peiffer-Smadja, Damien Barraud, Mathias Wargon, Christian Lehmann et bien d’autres… Tous se sont retrouvés diffamés, calomniés, menacés par des adeptes de Didier Raoult et de « France Soir » brandissant les articles de ce dernier comme arguments d’autorité ultimes.

Xavier Azalbert et « France Soir » ne vont pas s’arrêter là. Il suffira que des jeunes doctorants publient une méta-analyse (la première) de grande qualité dans « CMI ». Qui sera même récemment citée par « Cochrane » comme première référence. De quoi alimenter une nouvelle fois la braise populiste sectaire contestataire des adeptes de « France Soir ».


- Publicité -

France Soir et le coup de pouce de l’hydroxychloroquine

Le « France Soir » de Xavier Azalbert est avant tout un soutien inconditionnel à Didier Raoult. Ainsi que tous médecins pro-hydroxychloroquine et pro-« traitements qu’on nous cache ».

Le nombre d’article sur cette molécule est surprenant. Pas loin d’une centaine disponibles en tapant le nom de la molécule dans la barre de recherche du site.

Parmi ces articles on retrouve la même rhétorique instillé par Didier Raoult. De plus, aucun des articles traitants des études scientifiques sur l’hydroxychloroquine n’ont été corrigés quand il était nécessaire de le faire malgré leur portée médiatique.

« L’hydroxychloroquine fonctionne mais les labos disent non car BigPharma », « c’est une manipulation des élites pour le profit de Gilead ». Et le fameux « Toutes les études qui vont dans le sens contraire de l’hydroxychloroquine ont des conflits d’intérêt, c’est une cabale contre la médecine honnête ».

Rien que 83 articles (Tribune et France Soir) citant Karine Lacombe sur les conflits d’intérêts essentiellement. Une centaine citant « Gilead » tout comme les mots clés « conflits d’intérêts » et « Big Pharma ». En un an et deux mois.

« France Soir » et l’opportunité « Big Pharma »

L’industrie pharmaceutique et la défiance légitime du peuple français envers cette dernière, une opportunité en or là où les médias plus traditionnels ne couvraient pas cette théorie d’une « guerre de « Gilead » contre « hydroxychloroquine » ».

Ceci a créé une fixation chez des auto-proclamés « Jean Moulin » et dont le résultat ne fût que tristement dramatique. S’en est suivit un harcèlement explosif traversant le monde numérique poussant certaines et certains à s’écarter de la vulgarisation.

Ce fut le cas de Karine Lacombe, cible favorite des « pro-FranceSoir/Raoult », qui finit par avoir peur de regagner son domicile.

Didier Raoult, les conflits d’intérêts, les théories fumeuses sur les traitements, une « fixation » plus qu’intéressante d’un point de vue marketing étant donné la visibilité du Professeur et de ses doctrines à la télévision et dans certains médias.

Rien de mieux pour faire décoller un journal qui, faute de journalistes licenciés les un après les autres par son nouveau propriétaire aux multiples casquettes, se devait d’actionner une nouvelle manne financière.

C’est d’ailleurs Florian Philippot, figure de l’extrême droite qui le dit lui même. Dans un reportage sur Didier Raoult paru sur RMC Story le 20 avril 2021, Florian Philippot dit avec conviction « je suis passé de 15k abonnées à 150k en parlant de Didier Raoult ».

C’est en surfant sur cette vague que « France Soir » a cherché (et réussi) à s’établir dans l’information « alternative ».

Xavier Azalbert : la polyvalence

« France Soir » c’est aussi un univers, une communauté et même un refuge pour certains.

Il est difficile d’imaginer que Xavier Azalbert n’a pas de but précis. On le retrouve un peu partout comme par exemple :

  • Le groupe de discussion CIA pour la stratégie de communication pro-hydroxychloroquine sur les réseaux sociaux d’après l’un de ses anciens membres. Une autre personne sous le pseudonyme de « BioMoon » toujours membre de ce groupe a d’ailleurs confirmé ces dires.
  • L’association « BonSens » fondée en partie avec Corinne Reverbel, elle même membre du groupe CIA. Une association dont un conspirationniste du nom de Silvano Trotta, suspendu des principaux réseaux sociaux pour désinformation, partisan de théories du complots comme le Great Reset est lui aussi co-fondateur.
  • Le documentaire conspirationniste Hold-Up où il fait une apparition, tout comme Christian Perronne que l’on retrouve régulièrement sur France Soir et est aussi co-fondateur de « BonSens ».

A partir du moment où on fait des recherches dans le monde des pro-Raoult, « France Soir » et Xavier Azalbert apparaissent inévitablement.

Mais la force de Xavier Azalbert étant sa polyvalence à s’adapter, pourquoi s’arrêter à un journal ? Que faire de plus ? Une association à but lucratif.


- Publicité -

« France Soir » et Xavier Azalbert dans le « BonSens » ?

L’association BonSens est non favorable à la vaccination Covid-19, contre les mesures liberticides (sans jamais vraiment préciser lesquelles) et surtout « pro traitements qu’on nous cache ».

Elles est aujourd’hui représentée dans toutes les régions de France avec des référents. On trouve même certaines cellules dans d’autres pays comme l’Allemagne, la Belgique et même Singapour.

BonSens une vitrine de France Soir ?

Sur le site de l’association et dans l’onglet « News », on retrouve les vidéos de « France Soir » et aussi des actualités « BonSens » hebdomadaires.

Les vidéos sont des interviews réalisées par la production de « France Soir ». Il s’agit toujours de voix dissidentes comme celle de Xavier Lemoine qui appelle à la « désobéissance civil », vice président du parti chrétien-démocrate affilié à Nicolas Dupont-Aignan et anciennement présidé par Christine Boutin.

Très curieusement, aucune trace de l’interview par Richard Boutry du conspirationniste Jean-Jacques Crèvecœur sur le site de « BonSens ». Pourtant, la vidéo est bien disponible chez « France Soir ».

Mais c’est surtout l’actualité qui va nous intéresser car c’est par ce biais qu’il communique essentiellement avec les adhérents.

« BonSens » et l’art de la manipulation méthode « France Soir »

Prenons leur dernier bulletin en date du 20 avril 2021.

On y trouve en première phrase un appel au témoignage concernant les effets secondaires des vaccins. Car oui, « BonSens » souhaite porter des actions en justice en accumulant les témoignages où en adhérant à des mouvements internationaux.

Mais que pense Xavier Azalbert co-fondateur de « BonSens » des vaccins ? Une image vaut mille mots.

« BonSens » et les vaccins

Ils vont parler un peu plus loin de morts aux Etats-Unis qui serait « dus » au vaccin ARNm Pfizer en mettant l’accent sur les plus jeunes. Ils vont ensuite expliquer qu’ils veulent réaliser un audit indépendant des 46 000 cas décelés.

Nous avons cliqué sur le lien, il ne s’agit de 46 000 mais plutôt de 36918 cas recensés. De plus, il s’agit d’une classification allant d’une simple sensation à l’endroit de la piqûre jusqu’aux cas de décès. Le site ne précise pas non plus le lien direct avec le vaccin concerné mais fait état du cursus du patient avant et après injection.

Au 16 avril 2021, 86 080 cas d’effets secondaires tous confondus recensés sur tous les vaccins Covid-19 aux Etats-Unis d’Amérique d’après la source de « BonSens » pour 127 millions de doses injectées à la même date.

Pour bien faire peur à leur adhérents, ils précisent que la France compte acheter 2 milliards de doses du vaccin Pfizer dans la foulée.

Ils vont même indiquer que le vaccin à ARNm (Pfizer-Moderna) provoque 30 fois plus de risques de thromboses de la veine porte que la vaccin Astra-Zeneca.

Pour ceci, ils vont s’appuyer sur une étude. Ils ne préciseront pas à leurs lecteurs que le risque de thromboses toutes confondues est significativement supérieur dans la maladie de la Covid-19 d’après leur source, consultable ici.

Une découverte plutôt désagréable quand on entend cette association parler de « consentement éclairé » sans parler des risques de la maladie de la Covid-19.

Etant donné leur fond d’appel à l’adhérent, essentiellement axé sur les traitements potentiels, autant ignorer la balance bénéfice/risque de la vaccination.


- Publicité -

« BonSens » en flagrant délit de manipulation avec Xavier Azalbert et « France Soir »

Les informations disponibles dans le communiqué hebdomadaire ne sont pas forcément fausses et d’ailleurs, c’est surtout la manière de les traiter qui pose un réel problème d’étique journalistique et d’honnêteté.

Par exemple nous trouvons cette information dans leur actualité avec en source une interview par Xavier Azalbert pour « France Soir » de deux avocates de la ligue des droits humains, une organisation belge.

Cette interview et la manière de traiter l’information sont des exemples parfaits de la manipulation à la sauce Xavier Azalbert. Rappelons le contexte.

En Belgique s’est tenu un procès que l’on peut qualifier d’historique. Chez nos voisins, les mesures de lutte contre la Covid-19, de la plus simple à la plus extrême, reposaient sur une base illégale.

La ligue des droits humains a donc entrepris des démarches qui ont fini par aboutir favorablement, la justice ordonnant à l’état Belge d’appliquer une base légale aux mesures ou de les annuler directement sous un délais de 30 jours.

Nous avons contacté Maitre Despontin qui nous a confirmé que « l’objectif de l’action était de faire respecter la loi et non de faire interdire où d’abroger les mesures prises pour lutter contre l’épidémie ».

Le but étant d’éviter des prises de libertés de l’état belge dans une situation comme la pandémie de Covid-19, ce qui est tout à fait compréhensible.

« BonSens » accompagné de « France Soir » se sont servis de cette action pour faire passer l’idée que les avocates de la ligue pour le droit humain luttent contre les mesures « liberticides ».

Pour nous donner une idée de la compréhension des lecteurs de « France Soir », voici les commentaires disponibles sous l’article. L’objectif est réussi, tout va dans le « BonSens » pour Xavier Azalbert.

Que peut-on conclure ?

« France Soir » donne cette impression d’être un organe de propagande pour celles et ceux « qui se posent des questions ».

Le terme complotiste étant largement utilisé pour tout et pour rien, peut-on qualifier « France Soir » de média conspirationniste ? Oui, en grande partie.

Les articles sur les sujets comme l’hydroxychloroquine ou l’ivermectine sont toujours basés sur la même structure.

Les traitements fonctionnent, les chefs d’états sont des inconscients et sûrement payés par le lobby « Big Pharma » pour empêcher les médecins de soigner. Le tout pour engraisser les laboratoires pharmaceutiques et au détriment de la santé des gens.

S’attaquer à la santé interpelle et soulève les biais émotionnels. Pendant les confinements et grâce aux réseaux sociaux, ils ont pu s’imposer dans l’actualité « qui dérange ».

« France Soir » a une emprise sur ses lecteurs, à tel point que la plupart protège le média en indiquant « qu’ils posent des questions là où le mainstream ne couvre pas ».

Sauf que « France Soir » ne pose aucune question.

Il affirme détenir les « vraies informations » qui mettent à mal le gouvernement et leurs « magouilles » sans jamais apporter de réelles preuves factuelles. Ils restent constamment dans un brouillard ambiant dans lequel on retrouve des similitudes avec la communication du gouvernement français sur le scandale des masques sanitaires.

MAJ 27/04/2021 à 21h23 : Une correction a été apportée suite à l’oubli de Stella Immanuel dans le paragraphe « une ressemblance frappante et… ». La précision est importante car les propos de Stella Immanuel ne sont pas ceux de Simone Gold, même si elles font partie du même collectif anti-vaccins.


- Publicité -

PaiPLe
PaiPLe
Co-Fondateur de Fact & Furious

Articles connexes

4 Commentaires

  1. Même pas mille abonnés ! donc en France il y a 65 millions de complotistes et 1000 personnes sont donc les comploteurs (BFM, TF1… , toi et tes petits copains…)
    Tu es en pleine période de jugement et tu fais un 2 Rois 2.23-24.
    Bien vu et bonne chance…

  2. J’ai lu l’intro de l’article et y ai trouvé toute la sémantique habituelle : désinformation / complotiste / manipulatoire / médecins controversés / conspirationnistes …. hahahaha… Bon, pas la peine d’aller plus loin donc…. Aujourd’hui, le gvt nous sort le pass sanitaire qui devait selon véran en décembre 2020 ne jamais exister en France. Encore une sale théorie des conspis complotistes antivax semi nazis (et platistes patriarcaux)…

    • Des théories il y en avaient des tas:
      – le covid 19 ne tue pas
      – le Covid 19 est provoqué par les antennes 5g
      – blablabla
      Parmi l’amoncellement d’idées fumeuses il y en a une ou deux qui sont correctes donc il faudrait oublier tout le reste et considérer les conspi comme des clairvoyants?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Retrouvez-nous sur les RS

233FansJ'aime
10FollowersSuivre
1,184FollowersSuivre
961AbonnésS'abonner

Tags populaires

Derniers Articles

Articles aléatoires